19d07b84d595262f3595b9a732381c4f
 
Rechercher

Les légumes et la pollution en ville

Lorsque l’on cultive des plantes comestibles sur son rebord de fenêtre ou sur son balcon, on peut se poser la question :

Est-ce nocif de consommer les légumes, fleurs et aromates que nous cultivons en ville ?

Dans les grandes villes de France et d’ailleurs, la pollution est bien présente. La circulation des véhicules, les industries, chauffages et incinérateurs sont en partie à l’origine de la pollution de l’air, du sol et de l’eau.

La distance "idéale" entre la route et le balcon n'est pas connue. Néanmoins, quelques études confirment que la proximité avec la circulation est corrélée avec la concentration en métaux lourds.

En 2013, le résultat des analyses effectuées par des chercheurs sur le toit de l’école AgroParisTech (équivalent du 5ème étage) montraient qu’à cette hauteur, les légumes échappaient à la pollution véhiculée par les pots d’échappement. Les résultats de ces recherches sont encourageants : la concentration en métaux lourds (cuivre, zinc, cadmium, mercure et plomb) dans les productions sont largement en dessous des limites fixées par les normes européennes.

Si les sols en zones industrielles peuvent être pollués par une activité passée ou actuelle, la culture hors sol (en jardinière, carré potager, etc.) garantit l’utilisation d’un substrat sans polluant. L’utilisation de terreau de feuilles ou de compost vert représente même un apport nutritif et fertile pour vos cultures. Mise à part l’eau stockée dans un puit ou dans un forage, l’eau du robinet et l’eau de pluie sont également garantis sans polluant. Vous pouvez donc arroser vos cultures les yeux fermés ! Pour conclure, consommer les fruits, légumes et aromates que nous cultivons sur notre rebord de fenêtre n’est pas nocif pour la santé. Toutefois, on vous conseille plutôt de cultiver côté « cour » que côté « rue », de placer, si possible, des palissades côté « rue » pour faire obstacle et surtout de laver les récoltes avant consommation pour éliminer les pollutions de surface.






Sources : environnement.brussels ; agroparistech ; linfodurable ; INRAE